Musique

S’accompagnant au piano, Émile nous transporte dans un univers sonore et musical riche où les arrangements, somptueux, deviennent un décor, une toile de fond accompagnant chacun de ses personnages dans leur histoire, leur quête.

Je voudrais r’commencer toute ma vie
Mais j’peux pas dire ni où, ni quand
J’ai pas fermé l’œil de la nuit
L’œil de la nuit me r’garde tout l’temps

Un garçon de 12 ans et demi dans Aimer les monstres

La liberté, ça les écoeure
Ça fait qu’ils me rangent dans leurs petites cases
«On le sait ben, pour toi le bonheur,
C’est une tignasse blonde pis une tank de gaz !»
Moi, je revire de bord,
Pis je leur souhaite Joyeuses Fêtes !
Vous viendrez faire un tour dehors
Mequ’y fassent des portes larges comme vos têtes !

Un homme en cavale dans Votre cochon s’couche

Alors, viens pas jouer du tambour de la dernière chance
À la grande rose fanée aux épines droites comme des lances
Je ris des cœurs assoiffés qui se noient dans la Jouvence
Tu m’invites à r’tomber, mais je veux plus moi. J’avance !

Une dame à un visiteur inattendu dans Le tambour de la dernière chance

Si on met bout à bout
Les petits gestes doux
Qu’il a laissé sur sa blonde
Et qu’on mesure le chemin
Ben, rien qu’avec sa main
Il a fait le tour du monde

À propos des mains d’un paysan dans Les mains d’Auguste

On vit au cœur des cités grises
On gave la banque à même la banquise
On attend une paye ou un pays
Cent mille écrans blanchissent la nuit
Deux Indiens, là, se réchauffent au feu rouge
Attendent qu’un huard tombe, que les siècles bougent
La main des vainqueurs a écrit l’Histoire
Ma mémoire de Blanc; mes blancs de mémoire.

Dans Les cités grises

Tu mènes ton combat de petit visage pâle
Ta langue de bois; langue de batt’ de baseball.
T’attends que le monde tombe, t’attends que le monde fonde
Au nom du vrai monde t’inondes les ondes
Avec ton ignorance crasse, ton esprit-bedaine
Toutes tes liasses d’opinions à cinq cennes
Tes ben la seule race qui me pollues la vue
Qu’est-ce t’as eu dans’face? Un coup de pied dans l’cul ?

Dans Race de monde

© 2013  Émile Proulx-Cloutier   ·   Site réalisé par Gabatine Création Web
Crédit photo : Jocelyn Michel